INTERVIEW: Roland Lamar « Pour connaître un peuple, il faut écouter sa musique »

Roland Lamar est un jeune artiste, auteur et compositeur gabonais, nous le recevons dans cet entretient dans le cadre de la sortie de son single « Monster » dont le clip sera disponible dans quelques semaines, découvrons le.

Roland Lamar

Bonjour Roland Lamar comment allez-vous ?

Je vais bien merci et vous ?

Très bien, bienvenu sur notre plateforme Actu Zik Gabon

Merci pour votre accueil

C’est votre première apparition sur notre site, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

je répond au nom de Roland Lamar, artiste auteur compositeur.

Avec mon premier single déjà un peu connu sur le titre « le kwandza », Sorti depuis 2015

De quoi parle votre single « Monster » ?

Dans ce single je parle des mayos , des bandits, des filles qui jouent au foot dans les restaurants
pour mange l’argent elles ont le brassa.

En résume, le single parle de ce qu’on vit dans le quotidien.
L’objectif est de valorisé la ntcham car la culture gabonaise n’est pas en vu sur les chaines internationales.

Je veux dire par là que les ivoiriens valorisent le coupé-décalé.
Les congolais ont leur valorisation culturelle.
Les camerounais ont leur valorisation culturelle etc.

Qu’est-ce qui vous a inspirer à écrire ce morceau ?

Tout simplement mon entourage

Quel message devons-nous retenir après avoir écouté le single ?

Le message à retenir dans ce single est que « être bandit, c’est vivre en pirogue
et ne pas l’être c’est vivre en bateau. »
Les bonnes conditions de vie c’est vivre en bateau.

A quand le clip du single ?

Le clip du single « Monster » sera disponible dès la fin du mois de mars.

DÉCOUVREZ AUSSI  Roland Lamar - MONSTER

Comment imaginez-vous le clip ?

J’imagine le clip dans un climat critique dans notre quotidien au Gabon, des jeunes qui veulent vivre la vie facile.

Quels sont vos projets pour 2019 ?

Cette année 2019 sera marquée par la sortie deux albums :
Une première pour l’afro
La deuxième pour le rap conscient

Nous vous remercions pour votre disponibilité, votre mot de fin Lamar

Pour connaître un peuple, il faut écouter sa musique. Le havre

Laissez un commentaire